Zur Website des Ulmer Museums



Homepage des L÷wenmenschen

Die Entdeckung des L÷wenmenschen Die Figur Die Bedeutung des L÷wenmenschen und der eiszeitlichen Kunst Die Ausstellung "Der L÷wenmensch" im Ulmer Museum

Trailer zur Sonderausstellung 2013/14 Aktuelles zum L÷wenmensch und zur Eiszeitkunst Kontakt und Anfahrt Links & Literatur

Der L÷wenmensch L┤Homme Lion The Lion Man

Lĺhomme-lion

Il y a presque 40,000 ans, au début du paléolithique supérieur, le Jura souabe faisait partie de l'espace vital des premiers hommes anatomiquement modernes (homo sapiens). Ils traversaient en petits groupes les vallées marquées par la période glaciaire sur les traces d'animaux comme le mammouth, le renne, le bison et le cheval sauvage. On retrouve les preuves de leur présence dans les grottes environanntes, à savoir des restes de foyers, des outils, des armes et des bijoux en pierre, en os, en bois de renne et en ivoire.

Par ailleurs, on a découvert dans quatre grottes des petites figurines. Taillées à l'aide d'outils en pierre dans de l'ivoire de mammouth, elles montrent les animaux les plus dangereux comme l'ours des cavernes ou le lion des cavernes, ainsi que les grands animaux de chasse et les bêtes plus petites comme l'oiseau ou le poisson. La seule statuette humaine est la figurine d'une femme à l'image des venus préhistoriques. Toutes ensemble, elles constituent les objets d'art mobiliers les plus anciens du monde.

La plus grande et plus spectaculaire parmi ces figurines d'ivoire, c'est l'homme-lion, une créature thérianthrope fabuleuse. La sculpture a été découverte, brisée en centaines de petits morceaux, dans la grotte du Hohlenstein-Stadel dans la vallée de la Lone, le dernier jour de fouilles en 1939, qui ont été arrêtées à cause du début de la Seconde Guerre mondiale. Ce ne fut que trente ans plus tard que ces fragments d'ivoire furent reconnus comme éléments d'une figurine. Il a fallu deux décennies de plus avant que la statuette puisse être restaurée professionnellement. Pourtant, il manquait toujours des parties importantes de la figurine.

Tout à coup, en 2009, l'histoire aventureuse de l'homme-lion reprit. A l'occasion de nouvelles fouilles dans la grotte du Stadel, une équipe d'archéologues réussissait à retrouver la place exacte de la découverte de la statuette en 1939. Ils ont ainsi pu relever de nombreux  autres fragments appartenant à la figurine. Finalement, on a réussi à compléter l'homme-lion lors d'un projet de restauration très difficile en 2012 et 2013. Depuis, la sculpture, composée de plus de 300 fragments, est presque complète et révèle beaucoup plus de détails. Ceux-ci enrichissent nos connaissances du processus de fabrication de la statuette et permettent de proposer des idées nouvelles sur l'interprétation et l'usage possible de celle-ci.

Ce chef-d'œuvre sculpté dans une défense de mammouth combine des caractéristiques animales et humaines. Le côté animal est représenté par la tête féline, le corps allongé et les bras qui font penser aux pattes et aux griffes d'un grand félin. Le côté humain de l'homme- lion se manifeste surtout par sa position debout, par les jambes et les pieds. Les résultats de la dernière restauration suggèrent que l'homme-lion était censé représenter un être masculin.

La créature fantastique de l'homme-lion est un vestige extraordinaire et singulier qui nous mène au monde spirituel des hommes de la dernière période glaciaire, même si nous ne serons jamais capables de déchiffrer leur vision du monde, certainement très complexe.